La culture chinoise

    Vous pourrez vous former à la culture et à la langue Chinoise avec Kinep Teacher
    En simple introduction au monde chinois des affaires retenons quelques lignes d’un article paru dans le journal français Les Echos le 18 Novembre 2013. Il est écrit par Frédéric Raillard et Farid Mokart directeurs de l’agence Fred&Farid. Nous en citons quelques passages.

    En Chine : Le silence est d’or
    En Chine, le chef est fort et respecté. Il n’a pas besoin de « sur-signifier » son statut, il est incontestable. « Avant de parler, assure-toi que tes mots valent plus que le silence » dit la maxime populaire chinoise ; du coup, le chef parle peu. Il montre l’exemple à suivre dans son comportement et non dans ses mots.

    En Chine : La face sous deux facettes
    Un Chinois vous en voudra à vie et vous le fera payer s’il estime que vous lui avez fait perdre la face. Cela signifie qu’il faut veiller à ne jamais faire de reproches en public. Si vous avez des reproches à faire à un collaborateur, gardez-les pour une séance calme et posée en tête-à-tête, et entourez les reproches de compliments pour ne pas déstabiliser et blesser votre interlocuteur.

    La République Populaire de Chine
    N’oubliez jamais la dimension humaine. Le business commence d’abord par les relations humaines en Chine. Dans une société où les règles sont souvent troubles, les relations humaines sont primordiales. Et on apprend vite que tous les gens sont importants.

    En Chine : La réciprocité
    Gardez toujours en tête l’équilibre, l’harmonie de la relation. Les entreprises doivent s’installer en Chine pour construire une relation équitable avec la Chine. Le manager doit, dans son attitude, être ouvert au dialogue avec les Chinois. Le manager Laowai (l’étranger) doit respecter la Chine et les Chinois. Il doit être irréprochable. Rien n’est plus stupide et choquant que de lire dans notre presse qu’une entreprise part « à la conquête de la Chine ».

    En Chine : L’humilité
    On n’impose rien à une nation aussi forte, à une culture millénaire aussi puissante et enracinée que la Chine. La Chine nous imposera et nous transformera, pas l’inverse. Il faut donc être humble. Les managers étrangers arrogants ne font pas long feu ici. La Chine n’a pas besoin de nous. Nous sommes tolérés, pas attendus.

    Chine / Nation rapide/ Management rapide.
    Le peuple chinois semble vénérer la vitesse. C’est sans doute en cela qu’ils sont les mieux préparés à affronter et dominer ce nouveau monde du XXIe siècle. Ils adoptent vite, abandonnent vite, intègrent vite, agissent vite, changent vite, construisent vite, déconstruisent vite, réagissent vite. C’est la “Fast-Nation“, et Shanghai l’œil du cyclone. La vitesse ici est étourdissante. Il faut s’adapter en permanence et saisir au vol les trains qui passent, sans trop réfléchir… sinon le mouvement centrifuge vous projette vers l’extérieur.

    China : In vino veritas
    Eh oui ! Entrainez-vous au Baijiu (alcool de riz jusqu’a 65°) et au karaoké. Un bon manager doit savoir boire, et oser chanter. « Savoir » boire, car si vous ne savez pas boire beaucoup de Baijiu devant un Chinois, vous risquez très sérieusement de le vexer et il se méfiera de vous, pensant que vous lui cachez qui vous êtes réellement.

    En conclusion
    Le raccourci, c’est l’amour que l’on porte à ce pays et à ces gens. Si vous aimez sincèrement la Chine, elle vous adorera et vous propulsera avec toute sa puissance. Si vous n’aimez pas, la Chine, elle vous tuera. La Chine est un pays extraordinaire, à un moment extraordinaire. Elle représente pour beaucoup ce que New York sans doute représentait il y a plusieurs décennies. Lorsque l’on vit en Chine, on sent chaque matin que c’est « ici et maintenant », et nulle part ailleurs. La Chine donne des ailes à ceux qui l’aiment. Pour y réussir, les entreprises françaises doivent envoyer en Chine des amoureux de la Chine.